Trésors de Lutine

Quelques trouvailles, tambouilles et autres émerveillements d'une petite lutine.

AVERTISSEMENT AU SUJET DES HUILES ESSENTIELLES : Faites toujours très attention en utilisant les huiles essentielles, notamment ne les appliquez jamais pures sur la peau, et n'en donnez ni à un jeune enfant ni à une femme enceinte sans l'avis d'un médecin. Pour plus de précisions, vous pouvez trouver la charte de ce blog ici.
En cas de projection ou de contact accidentel : Masser d'abord avec une huile végétale (la première qui vous tombe sous la main, l'important est que ce soit rapidement) pour diluer l'huile essentielle, puis laver à l'eau savonneuse et rincer à l'eau claire. En cas d'irritation persistante demander conseil à votre pharmacien.

26 octobre 2009

PIF

Ceci n'est pas un PIF comme un autre...
C'est une déclaration. Je l'aime, je l'adule et je l'adore (était-ce bien utile de me faire me dévoiler ainsi en public ! les êtres de lumière n'ont plus la pudeur qu'ils avaient !)
Et en remerciement de mon amour, mon adulation et mon adoration, elle va me faire un cadeau ! :D Et ouiiiiii...
Alors pour vous faire partager ma joie, je propose à mon tour, aux trois premières détentrices d'un blog, qui acceptent de poursuivre la chaîne de leur offrir un piti cadeau, fait avec mes pitites mains.

Posté par profiteresse à 15:51 - Echanges - Commentaires [2] - Permalien [#]

28 septembre 2009

Kit voyage

Coucou les filles !

Ca fait un bail ! Tellement longtemps, que je ne sais même plus quoi vous raconter...
Alors si vous le permettez, je vais me remettre en jambes tout doucement...

J'ai eu la chance de faire un magnifique voyage cet été, au Mexique. Je n'ai hélas pas eu le temps de tambouiller en prévision autant que je l'aurais voulu, mais j'ai quand même préparé quelques potions, notamment trois sprays : un désinfectant, un répulseur de moustiques et un anti-gratouilles.

Le spray désinfectant
Largement inspiré de la recette de la Princesse, dont je ne peux que vous recommander la lecture de l'article, vraiment très complet et très intéressant.
Pour un flacon de 125 mL.
35 g d'hydrolat de tea-tree
0,5 g d'aloe vera concentré x200
75 g d'alcool à 90°
70 gouttes d'huile essentielle de lavande fine
70 gouttes d'huile essentielle de tea-tree

Verser l'aloe vera dans l'hydrolat, remuer et laisser reposer. Pendant ce temps, peser l'alcool, y verser les huiles essentielles et mélanger. Touiller l'hydrolat et l'aloe-vera, puis y ajouter la solution alcoolique. Conditionner.

L'aloe en poudre est peu soluble... Donc je l'oublie quelques minutes dans l'hydrolat, puis je touille bien. Quand il a l'air bien dissous, j'ajoute l'alcool. Mais je crois qu'il a tendance à reprécipiter. Donc on peut au choix le zapper ou secouer notre flacon avant chaque utilisation.
Le gros truc à savoir, en regardant pour la première fois cette recette, et en pensant aux gels désinfectants du commerce, c'est que les gélifiants naturels sont insolubles dans l'alcool. Mais alors complètement. J'ai essayé de dissoudre ma xanthane dans l'hydrolat, puis d'ajouter l'alcool, je me suis retrouvé avec une masse hyper-gélifiée et hyper-compacte dans le fond de mon bécher. Après un coup de mix'soup, la masse a été pulvérisée en plein de petits grains hyper-compacts et hyper-gélifiés... donc au lieu d'avoir un gel, j'avais un fluide à grains... ^^ En bref : c'est tout simplement insoluble. D'où l'idée de le mettre en spray ! ^^

De notre expérience, ce spray servait principalement pour nous "laver les mains" avant de passer à table, après être passés dans des lieux publics... La grippe A étant un bon prétexte pour faire attention à ce que l'on touche et ce que l'on met en bouche. Mais le conditionnement spray est aussi idéal pour désinfecter les égratignures ou boutons de moustiques enflammés.
L'odeur est fraîche et agréable, c'est à mon avis un must have.

Le spray répulseur
Inspiré du Manuel Pratique d'Aromathérapie au quotidien de Bonneval et Dubus. Pour un flacon de 60 mL.
54 g d'eau
0,6 g d'ester de sucre
0,3 g de lécithine de soja en poudre
105 gouttes d'huile essentielle d'eucalyptus citronné
105 gouttes d'huile essentielle de géranium rosat

Quand je l'ai fait, je n'avais pas envie de mettre d'alcool. Et oui, ça arrive ^^. Donc j'ai préparé un lait en mixant mon ester de sucre dans mon eau, puis en ajoutant la lécithine de soja et en mixant à nouveau. J'ai ensuite ajouté les huiles essentielles et j'ai remixé.

Les aromathérapateutes cités ci-dessus recommandent une synergie à 1/3 d'eucalyptus citronné, 1/3 de citronnelle et 1/3 de géranium... mais je n'avais pas de citronnelle alors voilà.
J'obtiens un lait joliment parfumé mais instable. Il se déphase en quelques heures, donc je le secoue avant chaque utilisation. Et j'en suis très contente. Il n'est pas 100% efficace sous les tropiques, mais il nous a quand même beaucoup aidé, on ne sortait pas sans.

Le spray anti-gratouilles
La recette on-ne-peut-plus-simple m'a encore une fois été recommandée par la Princesse, sur le forum des Céphées.
50% hydrolat de menthe poivrée
50% hydrolat de camomille (celle que j'avais sous la main était romaine)

Bon vu comme ça, ça a l'air trop simple... Mais c'est vraiment très efficace. Si si !

La menthe poivrée apporte un effet froid et anesthésiant tandis que la camomille apaise et diminue l'inflammation. L'effet est immédiat. Comme la préparation est légère, on peut en remettre en volonté... mais d'expérience, un pschitt sufit à "oublier" les démangeaisons pour plusieurs heures...

Et voilà ! Trois sprays assez simples à faire et à transporter, qui s'avèrent très pratiques !

Posté par profiteresse à 12:29 - Soins du Corps - Commentaires [8] - Permalien [#]

07 mai 2009

Liniment nettoyant "Fesses Roses"

Liniment... cékoidonc? c'est une émulsion qui nettoie et désinfecte les fesses de bébé, durant la période où il est en couches.
(Noter que sur la blogosphère on rencontre indifféremment "liniment" et "liminent", mais d'après le dictionnaire, seule la première version est correcte - clic ).
Cette émulsion se fait traditionnellement avec 50% d'eau de chaux et 50% d'huile d'olive. L'eau de chaux réagit avec l'huile en présence, de manière analogue à la saponification. C'est pourquoi il est recommandé de coller à la tradition, et d'utiliser de préférence l'huile d'olive, qui est saponifiable, tout en gardant ses propriétés nutritives et protectrices pour la peau et en résistant à l'oxydation.

Pour 125 mL.liniment_rose
2 g de cire d'abeille
60 g de macérât de lavande sur huile d'olive
7 gouttes de vitamine E
60 g d'eau de chaux
5 g d'oxyde de zinc
5 g d'argile rose

Mode opératoire
Faire chauffer au bain-marie la cire d'abeille, le macérât et la vitamine E. Pendant ce temps, peser les poudres, les écraser au mortier et peser l'eau de chaux.
Quand la phase huileuse est totalement fondue et homogène, la sortir du feu. Y verser l'eau de chaux en remuant vivement. Une fois que la texture est homogène, ajouter les poudres.
Verser dans un flacon désinfecté.

Recommandation d'utilisation
Lors du change, nettoyer le siège de bébé avec le liniment.

Trucs et commentaires
Je suis contente ! Il sent super-bon ! L'odeur est délicate, fleurie, très agréable...
Le macérât est fait avec un huile d'olive bio et des fleurs de lavande cueillies l'été dernier, dans les Alpes, avec délicatesse et amour par ma NSP chérie... Il sent divinement bon...
L'argile rose est là en tant que colorant : la version 0.1 de ce liniment n'en comportait pas... Et la couleur était entre curry et moutarde... exactement la même couleur que les selles d'un bébé allaité ! Donc pas très optimisé pour nettoyer le siège, vous en conviendrez... Donc hop ! Comme le bébé en question est une adorable petite fille - et que j'aime le rose - j'ai opté pour de l'argile rose. Là la couleur est assez vive, j'en mettrais peut-être moins la prochaine fois.
L'oxyde de zinc est un anti-microbien cicatrisant, qui apporte une touche nacrée, tout à fait du goût de la maman.
J'utilise - toujours - de la cire d'abeille jaune, bio et qui embaume le miel, en plaques gaufrées.

Résultat des courses : il a beaucoup plu ! Il nettoie parfaitement, est joli, sent bon, tout en protégeant la peau fragilisée.

Edit du 28.09.09 : ATTENTION ! il semblerait que l'argile rose se fixe particulièrement bien sur les serviettes et autres langes. Il serait donc intéressant de diminuer fortement la quantité d'argile rose... je crois qu'1 ou 2 g seraient largement suffisants.

Posté par profiteresse à 15:46 - Soins du Corps - Commentaires [9] - Permalien [#]

01 mai 2009

Troc avec Sensation

J'avoue c'était il y a quelque temps déjà et j'ai tout gardé pour moi, sans rien dire à personne...
Et puis j'ai vu, il n'y a pas très longtemps, qu'elle m'avait encensée dans son coin... Alors vengeance !
J'ai eu la grande chance de faire un troc avec la formidable Sensation Nature...
Mais je n'ai pas pris les photos tout de suite ! Résultat, il manque des trucs (qui sont chez mon chéri) et d'autres sont entamés (forcément !)...
Voici les survivants qui ont répondu présents à l'appel de la photo :

Vue_d_ensemble

Donc, de gauche à droite et de bas en haut, je vous présente :
- deux magnifiques distributeurs à savon, un bleu et un rose, qui me rappellent qu'un jour ce serait fabuleux que je me mette aux savon à la potasse...
- une chantilly de douche "bubble-gum", qui donne tout simplement l'impression de flotter dans un nuage cotonneux et rose... un vrai "2 en 1 : savon et crème", qui apporte une grande douceur, grâce au karité, et une odeur très rose et très fille... du pur bonheur (que je n'utilise que les grands jours).
- un shampoing solide "schtroumpf au karité" (dont le petit frère n'est plus très présentable car il a passé trois semaines dans ma douche). A base de tensio-actifs solides, il mousse beaucoup et fait de très beaux cheveux. Bref, c'est ma seule infidélité au shikakai depuis un an !!!
- trois baumes en barre, visage et corps, que je thésaurise pour emmener en voyage...
- un gel anti-cellulite, très frais à l'application, à l'odeur doucement herbacée... De quoi préparer le retour du bikini ! ;)
- quatre savons : un anti-odeurs "café orange", un fouetté "saveur cookie", un bleu "lavande-cèdre" et un rouge sombre "orange-patchouli"... Bon évidemment je ne les ai pas tous testés... Donc faudrait me redemander dans quelques semaines si vous voulez en savoir plus !Gommage_Cafe_Cr_me
- un gommage de douche "café-crème" qui est une pure merveille... Il exfolie très bien, mais sa texture est hyper-crémeuse et son odeur... est celle d'un cappuccino, fort et crémeux à la fois... Une merveille !
Voilà un gros plan de ce à quoi ça ressemble quand on enlève le couvercle (avec mes empreintes digitales en prime !)
Apr_s_Shampoing- un après-shampoing "géranium-ylang"... Alors... celui-là, il faut vraiment que je vous en parle... Quand on ouvre le pot, on croirait voir un nage rose qui s'est liquéfié... C'est une crème rose, nacrée, magnifique.
Quand on le met, on a les cheveux tous doux, tous soyeux, tous légers...
Mais surtout... il sent divinement bon, et pour 24 h... Véridique ! Si vous voyez un beau jeune homme sniffer la tête d'une petite brune morte de rire dans le métro, c'est mon chéri et moi, quand je viens de me laver les cheveux !Cr_me_de_jour
- et last, but not least, une crème visage anti-ride "Thé vert - AHA" à la texture mousseuse, qui s'absorbe immédiatement et une odeur de fraise... génial...

Mais il en manque ! Sont déjà partis chez mon chéri :
- une brume d'oreille kama sutra : qui sent bon les épices... génial pour les soirées coquines !
- une bougie de massage... autre gros coup de coeur, la texture est parfaite : bien dure dans le pot, et parfaitement fluide sur le dos...un vrai plaisir d'utilisation et une odeur tout simplement merveilleuse... On adore ! Tous les deux !
- un savon à l'anis, que mon chéri s'est adjugé et a exécuté en dix jours chrono... une odeur très fraîche, très agréable.
- un liniment "Coco purple", tout violet, qui sent bon la coco...
et déjà fini un masque visage "Mangue choco urucum"... pour nourrir la peau et illuminer le teint.

Bref, ma Sensation m'a pourrie gâtée, et j'avoue sans vergogne que ça m'a fait un bien fou !

Posté par profiteresse à 14:18 - Echanges - Commentaires [8] - Permalien [#]

21 avril 2009

Considérations techniques sur la fabrication du savon

En l'honneur de ma première batch loupée, voici quelques conseils à l'attention des débutantes. Les plus attentatives d'entre vous verront la corrélation avec la nouvelle entrée à ma biblio ; j'ai nommé... the Soapmaker Companion !
Je discuterais donc de trois points : la quantité de liquide de dissolution de la soude, la température et la trace.

La Quantité de liquide de dissolution de la soude
Selon les recommandations du calculateur TheSage, celle-ci doit être comprise entre 25 et 38 % de la masse des huiles. A 25%, on parle de quantité minimale, à 38% de quantité maximale et autour de 30%, de quantité moyenne. Théoriquement, toute quantité de liquide comprise dans cette fourchette permet de faire un bon savon...
Cependant, selon ma petite expérience, avec une quantité minimale, la trace est extrêmement rapide et fige immédiatement. Après une consultation de quelques savonnières chevronnées, je me suis rendu compte que la plupart utilisait au moins la quantité moyenne de liquide, si ce n'est la quantité maximale.
De plus, le calculateur Soapcalc (à la page FAQ) recommande lui d'utiliser, par défaut, 38% d'eau par rapport à la masse des huiles. Susan Miller Cavitch, elle, préconise 6 onces d'eau - soit 170 g - (d'eau ou de mélange mi-eau mi-lait) pour une livre d'huiles - soit 400 g - , ce qui fait 42,5% de la masse des huiles. Elle augmente cette quantité quand elle n'utilise que du lait pour dissoudre sa soude : elle passe à 56,7 % de la masse des huiles, arguant du fait que le lait contient une proportion significative de matière grasse, et donc autant d'eau en moins.
Malgré tout, selon elle un savon en fin de cure ne contient que 15% d'eau, la différence s'étant évaporée pendant la saponification.

En parlant de lait, qui contient des matières grasses, le problème à l'utiliser pour dissoudre la soude, c'est que celle-ci va commencer un processus de saponification dans la phase dite de dissolution, ce qui peut être à l'origine de grumeaux. C'est pourquoi beaucoup de savonnières préconisent d'utiliser la quantité minimum d'eau pour dissoudre la soude et de compléter par la suite avec du lait pour atteindre la quantité maximum.

Réo a été à l'origine d'une révolution que je n'avais à l'origine pas comprise : elle préconise d'ajouter ce lait aux huiles et de les mixer ensemble, juste avant d'y incorporer la solution de soude.
N'ayant pas compris, je me suis dit "Pourquoi m'embêter? j'ajouterai le lait à la trace !" Et là j'ai compris pourquoi ! Parce que la trace, obtenue avec une quantité minimale de liquide de dissolution, est tellement rapide et épaisse, qu'il devient quasiment impossible d'y incorporer quoi que ce soit... Alors que j'aurais mis mon lait dans mes huiles, comme Réo le conseille si sagement, j'aurais eu une quantité de liquide bien plus importante, et une trace beaucoup plus souple...

Donc en résumé : je vous recommande le maximum de liquide ! Et si vous voulez mettre un peu de lait, sans vous prendre la tête, je vous propose de dissoudre votre soude dans 25% d'eau, et de mixer vos huiles refroidies avec 15% de lait (les pourcentages étant toujours rapportés à la masse d'huiles utilisées).

La Température
Susan Miller Cavitch préconise trois fourchettes de températures pour démarrer la saponification ; faible : de 27 à 32°C, moyenne : de 35 à 41°C et élevée : de 43 à 60°C. Il s'agit de la température à laquelle on doit amener les huiles d'une part et la lessive de soude d'autre part. Cette température va influer sur la réaction de saponification et sur le comportement de certains ingrédients ; par exemple, l'utilisation de cire d'abeille (dont le point de fusion est de 60°C) implique de travailler à des températures élevées, sous peine de voir apparaître des grumeaux de cire figée dans la préparation.

Selon Susan Miller Cavitch, travailler avec des températures faibles ou élevées accélère la trace.
L'avantage des températures élevées serait que l'on doit moins patienter pour que les préparations refroidissent, que la saponification est mieux engagée au moment de verser la pâte dans les moules et que cela convient à l'utilisation de certains ingrédients à point de fusion élevé.
L'avantage des températures faibles serait que le grain du savon serait plus fin, le risque qu'une fragrance fige la pâte serait moindre et les ingrédients fragiles seraient mieux préservés. De plus, cela éviterait, selon l'auteur, que le savon se déphase une fois moulé.
Les températures moyennes, quant à elles, permettraient une trace plus lente, autorisant des opérations plus délicates, comme les marbrages ou l'incorporation de certains ajouts.

La Trace
La trace est ce moment à la fois tant attendu et redouté où la pâte du savon commence à épaissir. C'est un phénomène qui peut être parfois très long et parfois fulgurant.
De plus, il est important de savoir qu'une fois la trace visible, la pâte à savon continue à épaissir quand bien même on ne mixe plus. Autrement dit : avant de verser la lessive de soude dans les huiles, il est important de préparer ses ajouts pour la trace (ainsi que ses moules, huilés ou chemisés selon), de manière à pouvoir agir le plus vite possible.
Je viens de m'offrir mes premiers béchers en verre (j'utilise un bécher d'1L pour une préparation de 500g d'huiles et c'est tout juste... donc prévoyez large !) et j'ai mixé cette semaine pour la première fois mon savon dans un récipient transparent. C'est merveilleux ! On voit clairement au début deux phases, la lessive de soude en bas et les huiles au-dessus... puis avec le mixage elles commencent à se mêler... quand la pâte est parfaitement homogène, la trace est là. Pour les débutantes qui appréhendent la bête ou pour les pointilleuses qui veulent la contrôler au plus près, je ne saurais que trop vous conseiller le bécher en verre !

Pour les marbrages, il est recommandé d'avoir la trace la plus légère possible. J'ajouterais que si vous voulez utilisez des moules finement ciselés, une trace fine vous permettra également de faire remonter davantage de bulles d'air, ce qui vous donnera des savons plus jolis.
Pour imprimer des motifs au savon (comme les vagues décrites par KaFée dans son tuto pour faire des savons à ligne) il vaut mieux une trace plus épaisse.

Voilà pour aujourd'hui... et toute chose n'étant pas veine, mon ratage a été l'occasion de tester un autre méthode : la refonte ! A suivre donc...

Edit du 26 avril : j'ai beaucoup de retard dans ma consultation de la blogosphère... Aussi, ne suis-je tombée que tout récemment sur cet article de Pots sur les soudes ; elle y témoigne comment d'une marque de soude à l'autre, la trace peut être influencée et les vapeurs sont plus ou moins importantes. Je n'aurais jamais cru qu'il y aurait de telles conséquences... A lire absolument !

Posté par profiteresse à 09:35 - Fragments de Savoir - Commentaires [7] - Permalien [#]

06 avril 2009

Baume tigré

Bonjour les filles !

La plupart d'entre vous connaît l'existence du Concours de Blandine... Mais au cas où, je cous rappelle d'aller y faire un petit tour... 17 participations, autour du thème "Animal" avec deux impératifs : bicolore (ou composé de davantage de couleurs) et contenant du karité. La victoire sera accordée à l'un d'eux, en fonction du vote des internautes.

Il y a des idées et des réalisations vraiment exceptionnelles, sincèrement, ça vaut le détour !

Baume_tigr_Pour ma part, je me suis penchée sur un Baume Tigré, destiné à aider à cicatriser la peau tigrée d'une toute jeune maman.
Sur l'idée du Body Parfait (inspirations : Aimylou, Réo et MissMiss), 320 mL.
Baume :
10 g d'acide stéarique
95 g de beurre de karité
120 g de macérât de tepezcohuite & urucum sur huile de sésame
1,5 g de "CO2 crew"
1,5 g d'extrait CO2 de carotte
1,5 g d'extrait CO2 d'onagre
20 gouttes de vitamine E
Gel :
50 g d'eau
0,1 g d'aloe concentré x200
25 g de macérât glycériné de tepezcohuite
25 g de macérât glycériné de centella asiatica
2 g de terre noire des Indes
1 g d'ester de sucre
1 g de gomme xanthane
0,5 g d'EPP
0,5 g de Geoguard 221

Appliquer en prélevant un peu de baume et de gel et bien masser pour faire pénétrer.

Posté par profiteresse à 08:01 - Soins du Corps - Commentaires [7] - Permalien [#]

16 mars 2009

Gommage aux AHA

Bonjour les filles !

A l'occasion d'un chouette échange avec Sensation Nature (dont le gommage "Ramène ta fraise" est une pure merveille) j'ai voulu moi aussi faire un gommage...
Voici ce que ça donne (prévu pour un flacon souple de 100 mL, type "Malibu").

58 g d'eau
3 g de MF
5 g de beurre de babassu
2 g de maizena
1,5 g de VE
10 g d'hydrolat de cassis
2 g de poudre d'acérola
2 g de glycérine
20 g d'huile de noyau d'abricot
4 g de poudre de rose musquée
18 gouttes d'AHA
28 gouttes d'extrait aromatique de melon
18 gouttes d'EPP
18 gouttes de Geoguard 221
3 gouttes de vitamine E

Mode opératoire
Faire chauffer au bain-marie d'un côté l'eau et le MF, de l'autre la maizena, le beurre de babassu et le VE. Dissoudre la poudre d'acérola dans l'hydrolat de cassis, puis ajouter la glycérine.
Quand les deux phases chaudes ont atteint 70°C, mêler l'une à l'autre et remuer vivement. Ajouter le mélange d'hydrolat de cassis et l'huile de noyau d'abricot et remuer encore vivement. S'aider d'un mix'soup si nécessaire pour faire prendre l'émulsion.
Laisser refroidir en remuant régulièrement, puis ajouter la poudre de rose et les derniers ajouts et remuer une dernière fois.

Recommandations d'utilisation & précautions d'emploi
Utiliser une fois par semaine, en massages doux et circulaires sur le visage et le cou préalablement mouillés. Peut se laisser poser quelques minutes, à condition de prendre garde au contour de l'oeil : les AHA peuvent être très irritants.
De même, la combinaison des AHA et du gommage mécanique peut entraîner des rougeurs sur les peaux sensibles. A tester donc de préférence en soirée, et faire suivre par l'application d'une crème apaisante.

Trucs et commentaires
J'en suis très contente ! J'obtiens un gel crémeux blanc, constellé de petits grains de rose, qui sent bon le melon.
Je le trouve agréable d'utilisation, il laisse une peau douce et lumineuse.

Posté par profiteresse à 09:45 - Soins du Visage - Commentaires [9] - Permalien [#]

05 mars 2009

Taches brunes : le résultat

Ca y est ! Nous sommes six tambouilleuses à nous être penchées sur le cas de Maritza.
Voici donc les produits de nos cerveaux en ébullition, classés par ordre d'arrivée... Pour plus de concision, je ne recopie ici que les recettes, même si j'ai reçu des superbes proses... (si vous les voulez, manifestez-vous ! Je pourrais toujours vous envoyer une version plus détaillée par mail !)

Avertissement !
Une fois n'est pas coutume, les recettes postées ici n'ont pas été testées. Vous vous engageriez donc à les reproduire sous votre totale responsabilité.

1 – Pamela


Le matin : crème traitante mains et visage anti-taches

phase huileuse

20ml de macérât de lys

2,5ml huile rose musquee

2,5ml d'huile d'argousier

3 g de cire émulsifiante n°1 ou polawax

phase aqueuse

20ml hydrolat de tilleul

15ml d'hydrolat de rose

30g gel d'aloe vera

ajouts

aha de fruits

he mandarine (non photosensibilisante)

coenzyme Q10

 

La nuit : huile éclaircissante

2,5 ml d'huile vegetale de rose musquée

93 ml de macerat de lys maison (fait avec 2 renouvellement de fleurs de 3 semaines, hyper concentre 6 semaines au total)

he de celeri (anti pigment)

 A mettre tous les soirs au coucher.

2 – Hind


pour 100 g

phase huileuse 20,3%

5 g d'huile de jojoba

5 g de macérât macadamia-bruyère

5 g d'huile de melon du Kalahari

2 g d'huile d'argan

0,3 g d'AOX cos

3 g de simulgel

phase aqueuse 69%

15 g d'hydrolat d'hamamelis

25 g d'hydrolat de santal

20 g de silicium organique

4 g de Tosolin

3 g de D panthenol

2 g de glycérine

actifs et conservateurs 10,7%

3 g de Centamilk

3 g de Rice

1 g de synergie d'HE

1 g de Bisabolol

0,7 g de K300

2 g d'extrait d'argousier

synergie d'huiles essentielles

15 gouttes de géranium Bourbon (protecteur UVB, astringent, peaux sensibles, acné)

5 gouttes d'encens d'Oliban (anti-taches, anti-relâchement, non photosensibilisant)

25 gouttesde petitgrain bigarade (revitalisant, tonifiant peaux grasses, peaux matures)

3 – Mounett


10 g HV jojoba

5 g HV rose musquée

5 g HV melon

5 g cire émulsifiante n°2

0.3 vit E

60 g HA rose

10 g aloe vera

2 g glycerine

5 gouttes HE carotte

5 gouttes HE geranium rosat

15 gouttes HE petit grain bigarade

2 g de maïzena

conservateur

4 – Ludisia


Le savon (matin)

30% de coco

30% de karité

30%d’huile d’olive

10% de babassu

Surgraissage à 6

Solution de soude dans du jus de carotte + citron

A la trace :

De la poudre de tomate riche en lycopènes contre les taches brunes

De l’huile d’avocat pour la douceur

Huiles essentielles : basilic, élémi pour renforcer l’effet du lycopène et pour le parfum aussi….

 

La crème (matin)

80% de phase aqueuse et 18% de phase huileuse avec 2% d’additifs genre HE carotte, basilic encore mais point trop, géranium pour la peau qui se relâche.

phase aqueuse

15% Hamamélis

15 % Mélisse

10% Aloe vera

20% Eau de source

7% Glycérine végétale

3% MF

phase huileuse

5 % Huiles macadamia ou jojoba

7% Argan

3% Babassu (plus léger que le karité qui serait trop lourd en synergie avec l’argan)

3% VE

Pour émulsionner tout ça, j’irai au VE+MF puisque c’est le seul que j’arrive à utiliser sans problème :o))). Sinon, je suppose que le couple xanthane+ester de sucre fonctionnerait à merveille pour une émulsion + légère.

Le lait nettoyant sprayable doux (soir)

Genre 90% d’hydrolat (néroli pour bien dormir et éclaircir le teint aussi) si la peau le supporte on peut remplacer par de l’hamamélis plus astringent.

5% d’huile de jojoba

5% de polysorbate 80

Quelques pshitts à tamponner avec un coton

Suivi d’une application d’un mélange d’huiles pour la nuit :

L'huile (soir)

25% Argan

15% Babassu (je peux plus m’en passer)

10% d’onagre

10% de macérat de lys dans jojoba

39% de Macadamia

1% d’un mélange d’HE citron, pamplemousse, bergamote et petit grain… une synergie d’agrumes déconseillés la journée car photosensibles mais efficaces contre les tâches brunes.

Et vitamine E pour stabiliser un chouillat.

5 – Sensation Nature


40ml Huile de ricin ( lutte contre les taches pigmentaires: vitamine E, adoucissant, émollient, nourrissant, protecteur, régénérant, fortifiant )

40ml Macerat de lys blanc (lutte contre les taches de rousseur et les les taches brunes : éclaircissant, apaisant)
10ml Huile de macadamia ( apaise et régénère les peaux abimées)

10ml Huile d'onagre (régénère les peaux abimées, anti-age, cicatrisant)

10 gt HE petit grain bigarade (Régénérante cutanée, revitalisant tissulaire, Anti-inflammatoire)

10 gt HE bois de rose (Puissant régénérateur tissulaire, Adoucissant, Raffermissant des tissus)

10 gt HE geranium rosat (tonique astringente)

6 – profiteresse


Crème de Jour

50 mL -> Nourrit, antioxydant, stimule la synthèse de vitamine A, régénère

15 g d'eau

10 g de gel d'aloe vera 

10 g d'hydrolat d'hélycrise

4 g d'huile de rose musquée

4 g de macérat de carotte (sur huile de tournesol)

4 g de macérât d'urucum (sur huile de sésame)

3 g de beurre de karité

2,8 g de MF

0,6 g de VE

2 gouttes de vitamine E

15 gouttes de beurre d'Urucum

9 gouttes de complexe CO2 (argousier, calendula, rose musquée)

8 gouttes d'huile essentielle de carotte

8 gouttes d'huile essentielle d'ylang-ylang

4 gouttes d'huile essentielle de géranium

18 gouttes d'extrait de pépin de pamplemousse

 

Crème de Nuit

50 mL -> Nourrit, régénère, fait disparaître les tâches. ATTENTION PHOTOSENSIBILISANT !

10 g d'eau

10 g de gel d'aloe vera

5 g d'hydrolat de Géranium

5 g d'hydrolat de Sauge

8 g d'huile d'Onagre

8 g de macérât Lys

3 g de beurre de Karité

2,8 g de MF

0,6 g de VE

2 gouttes de vitamine E

7 gouttes d'huile essentielle de Céleri 

7 gouttes d'huile essentielle de Citron

7 gouttes d'huile essentielle de Basilic tropical

7 gouttes d'huile essentielle de Petitgrain bigarade

18 gouttes d'extrait de pépin de pamplemousse

 

Démaquillant aux AHA

100 mL -> Nettoie et purifie en douceur.

55 g d'eau

2 g de MF

0,5 g de gomme xanthane

5 g de beurre de karité

10 g d'hydrolat de carotte

6 g de vinaigre de cidre à la canneberge

6 g de jus d'aloe vera

3 g de glycérine végétale

4 g de mousse de babassu

5 g d'huile de ricin

5 g d'huile de noyau d'abricot

2 gouttes de vitamine E

8 gouttes d'extrait de propolis

18 gouttes d'huile essentielle d'ylang-ylang

18 gouttes d'AHA

18 goutte d'extrait de pépin de pamplemousse

voir aussi l'extrait d'iris.

Synthèse

Contenu de la solution

3 personnes ont fait un set de soins jour + nuit (Pamela, Ludisia, profiteresse)

3 personnes ont fait un soin de jour (Hind, Mounett, Sensation Nature)

2 personnes ont formulé des soins nettoyants (Ludisia, profiteresse)

Jour : crèmes 5/6 (Pamela, Hind, Ludisia, Mounett, profiteresse), huile 1/6 (Sensation Nature)

Nuit : crème 1/3 (profiteresse), huiles 2/3 (Pamela, Ludisia)


Etablissement de la composition

Volumes : (Sensation Nature)

Grammes : (Hind, Mounett, profiteresse)

Pourcentages (Hind, Ludisia)

Mélange volume/grammes : (Pamela)

Crèmes et huiles (6 crèmes et 3 huiles, soient 9 phases huileuses)

Proportion de phase huileuse (millilitres arrondis aux grammes, ce qui est incorrect mais donne une idée approximative)

18% phase huileuse (Ludisia)

20% phase huileuse (Hind)

25% phase huileuse (Mounett)

30% phase huileuse (Pamela, profiteresse -jour)

40% phase huileuse (profiteresse - nuit)


Huiles et beurres utilisés

Huile d'Argan 3/9 (Hind, Ludisia -jour + nuit)

Huile d'Argousier 1/9 (Pamela – jour)

Beurre de Babassu 2/9 (Ludisia - jour + nuit)

Macérât de Bruyère 1/9 (Hind)

Macérât de Carotte 1/9 (profiteresse - jour)

Huile de Jojoba 3/9 (Hind, Mounett, Ludisia -jour)

Beurre de Karité 2/9 (profiteresse – jour + nuit)

Macérât de Lys 5/9(Pamela – jour + nuit, Ludisia – nuit, Sensation Nature, profiteresse - nuit)

Huile de Macadamia 4/9 (Hind, Ludisia -jour + nuit, Sensation Nature)

Huile de Melon du Kalahari 2/9 (Hind, Mounett)

Huile d'Onagre 3/9 (Ludisia – nuit, Sensation Nature, profiteresse - nuit)

Huile de Ricin 1/9(Sensation Nature)

Huile de Rose Musquée 4/9 (Pamela – jour + nuit, Mounett, profiteresse – jour)

Huile de Sésame 1/9 (profiteresse - jour)

Huile de Tournesol 1/9 (profiteresse - jour)

Macérât d'Urucum 1/9 (profiteresse - jour)


Ingrédients de phase aqueuse utilisés

Hydrolat d'Hamamelis 2/6 (Hind, Ludisia)

Hydrolat d'Hélicryse italienne 1/6 (profiteresse – jour)

Hydrolat de Geranium 1/6 (profiteresse – nuit)

Hydrolat de Mélisse 1/6 (Ludisia)

Hydrolat de Rose 2/6 (Pamela, Mounett)

Hydrolat de Santal 1/6 (Hind)

Hydrolat de Sauge 1/6 (profiteresse – nuit)

Hydrolat de Tilleul 1/6 (Pamela)

Gel d'aloe vera 5/6 (Pamela, Mounett, Ludisia, profiteresse – jour + nuit)

Glycérine 3/6 (Hind, Mounett, Ludisia)

Silicium 1/6 (Hind)

Eau 3/6 (Ludisia, profiteresse – jour + nuit)


Type d'émulsion

à chaud 5/6 (Pamela, Mounett, Ludisia, profiteresse - jour + nuit)

à froid 1/6 (Hind)


Emulsifiants utilisés

Cire émulsifiante n°1 1/6 (Pamela)

Cire émulsifiante n°2 1/6 (Mounett)

MF et VE 2/6 (Ludisia, profiteresse - jour + nuit)

Simulgel 1/6 (Hind)


Conservateurs utilisés

K300 1/6 (Hind)

Extrait de Pépin de Pamplemousse 2/6 (profiteresse – jour + nuit)

(non précisé) 3/6 (Pamela, Mounett, Ludisia)


Anti-oxydants utilisés

AOX cos 1/9 (Hind)

Vitamine E 4/9 (Mounett, Ludisia, profiteresse - jour + nuit)

(non précisé) 4/9 (Pamela, Mounett, Ludisia, Sensation Nature)


Ajouts utilisés

AHA 1/9 (Pamela – jour)

Extrait d'Argousier 1/9 (Hind)

Bisabolol 1/9 (Hind)

Centamilk 1/9 (Hind)

Co-enzyme Q10 1/9 (Pamela – jour)

Complexe CO2 1/9 (profiteresse - jour)

D-panthénol 1/9 (Hind)

Maizena 1/9 (Mounett)

Rice 1/9 (Hind)

Tosolin 1/9 (Hind)

Beurre d'Urucum 1/9 (profiteresse - jour)

(aucun) 1/9 (Ludisia)


Huiles essentielles utilisées

HE de Basilic 2/9 (Ludisia -jour, profiteresse - nuit)

HE de Bergamote 1/9 (Ludisia – nuit)

HE de Bois de Rose 1/9 (Sensation Nature)

HE de Carotte 3/9 (Mounett, Ludisia -jour, profiteresse - jour)

HE de Céleri 2/9 (Pamela – nuit, profiteresse - nuit)

HE de Citron 2/9 (Ludisia – nuit, profiteresse - nuit)

HE d'Encens d'Oliban 1/9 (Hind)

HE de Géranium Bourbon 5/9 (Hind, Mounett, Ludisia -jour, Sensation Nature, profiteresse - jour)

HE de Mandarine non-photosensibilisante 1/9 (Pamela – jour)

HE de Pamplemousse 1/9 (Ludisia - nuit)

HE de Petitgrain Bigarade 5/9 (Hind, Mounett, Ludisia – nuit, Sensation Nature, profiteresse - nuit)

HE d'Ylang-ylang 1/9 (profiteresse - jour)


Ingrédients non-naturels

K300 (Hind)

Polawax (Pamela)

Simulgel (Hind)


Conclusion

Sur les neuf soins analysés ici, six sont des crèmes et trois sont des huiles. Les huiles sont plutôt réservées au soir (2 huiles sur 3 soins de nuit).

Les proportions de phase huileuse dans les crèmes sont très variées : elles vont de 18 à 40 %, il n'y a qu'une proportion (30%) qui est utilisée par deux personnes différentes.

En ce qui concerne les huiles végétales les plus utilisées, le trio gagnant est le macérât de lys (5/9), l'huile de macadamia (4/9) et l'huile de rose musquée (4/9).

En ce qui concerne la phase aqueuse il y a beaucoup plus de disparité. On pourra cependant relever que 5/6 utilisent du gel d'aloe vera et 3/6 utilisent de la glycérine et de l'eau. Les hydrolats sont quasiment uniques pour chaque recette.

En-dehors de Hind, qui travaille à froid avec le simulgel, toutes les émulsions sont réalisées à chaud. Elles se répartissent équitablement entre le couple d'émulsifiants MF/VE et l'une ou l'autre des cires émulsifiantes.

Pour ce qui est du conservateur, sur la moitié des émulsions il n'est pas précisé, dans 2 cas sur 6 il s'agit de l'EPP et dans un cas du K300. L'anti-oxydant n'est pas non plus précisé dans 4 formules sur 9, il s'agit de la vitamine E dans le même nombre de cas et de l'AOX cos dans un seul cas.

Les ajouts de troisième phase sont spécifiques à chaque recette, il n'y en a aucun qui se retrouve sur deux recettes. On notera également que seule Ludisia n'en utilise pas.

Les huiles essentielles les plus utilisées sont sans conteste le Petitgrain bigarade et le Géranium (5/9) suivies par la carotte (3/9).

Enfin, je soulignerai que chaque tambouilleuse se distingue par une touche personnelle : une réflexion approfondie, une méthodologie et une bibliographie pour Hind, un thème (la Méditerranée) et plein d'humour pour Ludisia, une explication et l'origine de la recette pour Sensation...

            Un grand, grand merci à Pamela, à Hind, à Mounett, à Ludisia et à Sensation Nature !


Alors c'est fini... non?

Nooooon... j'ai bien sûr tiré au dé une gagnante... J'ai pris un D10, sur 1 ou 6 ce serait Pamela, sur 2 ou 7 ce serait Hind, sur 3 ou 8 ce serait Mounett, sur 4 ou 9 ce serait Ludisia et sur 5 ou 10 Sensation...

***roulement de dé***

C'est 1 ! Donc l'heureuse gagnante est la première à avoir joué, j'ai nommé Pamela ! ! !

Posté par profiteresse à 14:39 - Jeux ! - Commentaires [14] - Permalien [#]

27 février 2009

Shikakai mon amour !

Ca doit faire un an que j'ai acheté mon premier paquet de Shikakai...

Cékoidonc? Le Shikakai est l'écorce réduite en poudre de l'Acacia concinna, qui pousse en Inde, et dont les femmes Indiennes, réputées mondialement pour leurs fabuleuses chevelures, utilisent pour entretenir et soigner leurs précieux atours.

Pour une information détaillée sur les merveilles trouvées parmi les plantes ayurvédiques pour avoir des cheveux aussi beaux que les Indiennes, je vous conseille d'aller visiter cette page.

Découvert grâce à l'article très drôle de Holly, recroisé chez Réo et Femme Nature, j'ai voulu en ai faire un shampoing liquide, sans potasse ni tensio-actifs, uniquement avec des poudres ayurvédiques... Je me suis à la base inspirée des recettes d'Azanel et de Brindille (oui ! je vous dit c'était il y a très très longtemps ! ;D ) que j'ai retravaillées de recette en recette depuis un an jusqu'à parvenir à ceci...

Pour un flacon de 250 mL.

178 g d'eau
0,7 g de gomme xanthane
36 g de Shikakai en poudre
18 g d'Aritha en poudre ( = poudre de noix de lavage)
7 g de Brahmi en poudre (aussi connu sous le nom de... Centella asiatica !)
3,5 g de Neem en poudre
1,8 g d'huile d'avocat
1,8 g d'huile d'argan
3,5 g de miel liquide
0,6 g d'extrait de pépin de pamplemousse
0,6 g de Geoguard 221

Mode opératoire
Faire chauffer l'eau au bain-marie, puis quand elle est un peu chaude (je dirais autour de 40 - 50°C), la verser dans un large saladier et y verser la gomme xanthane ; touiller énergétiquement, puis laisser reposer (je suis persuadée que la formation d'un gel a besoin de quelques minutes pour prendre, le temps que chaque grain "se mouille" bien).

Pendant ce temps peser vos poudres. Attention ! Ces poudres sont très fines, donc très pulvérulentes et font tousser/éternuer... Donc pour éviter d'éternuer dans la soupe, vous pouvez utiliser un masque, travailler sous la hotte ou en face de la fenêtre ouverte, mais faites attention...

Une fois que vos poudres sont pesées, retouiller votre gel, qui doit être lisse et léger, bien beau, et tiède. Ajoutez les huiles, le miel, les conservateurs et touillez jusqu'à obtenir un liquide homogène.

Ma super-technique pour réaliser la texture "parfaite" (attention ça décoiffe ! c'est de la haute technicité !) : de la main droite (je suis droitère) je manie le fouet au centre du saladier. Puis de ma main gauche je mets régulièrement une cuillerée à soupe de poudres sur la périphérie de mon saladier. Ca ressemble à la technique "de la fontaine" que ma Môman m'a enseignée quand elle m'a appris à faire de la pâtisserie... Le but est d'intégrer la poudre très progressivement, formant le moins de grumeaux possible.

Je verse en flacon à l'aide d'un entonnoir et d'une louche.

Trucs et commentaires
Je voudrais attirer votre attention sur le point le plus sensible de ce shampoing : la conservation et le risque élevé de contamination. Donc je ne peux que vous conseiller de bien bien soigner la désinfection de votre matériel et de vos contenants, ne surtout pas oublier le conservateur, et trouver des flacons de taille adaptée de manière à les remplir jusqu'en haut... Cette recette doit plaire aux moisissures aérobie, car quand il y a une certaine proportion d'air dans le flacon à l'embouteillage, il moisit en une semaine chrono... Alors qu'une bouteille de la même "batch" qui est remplie jusqu'à 1 cm du bord tient facilement plusieurs mois (même lorsqu'elle se vide progressivement... se remplissant d'air par conséquent...) curieux, non?

L'autre danger de conservation est le risque de fermentation... aucune erreur de diagnostic possible : ça se reconnaît à l'odeur ! Pour autant que j'aie essayé, ça lave quand même, ça n'abime pas les cheveux, ça ne pose pas de problème particulier... autre que l'odeur désagréable...

Parlons de l'odeur justement... le Shikakai ("sain") a une odeur très forte, qui m'évoque la terre mouillée, mais plus épicée, plus corsée... J'aime bien l'odeur en fait ! Mais progressivement (et notamment par rapport à la version du Swap Soleil de l'an dernier) j'ai mis moins de Shikakai, ajouté de l'Aritha (à l'odeur plus neutre), dilué davantage... ce qui fait que ma version actuelle ne sent quasi-rien...

Donc j'obtiens une pâte liquide, marron, qui sent légèrement le Shikakai. Cela vous semblera évident en lisant la recette, il y a de la poudre dedans ! ;) Donc il faut bien soigner le rinçage, pour éliminer les derniers petits grains. Personnellement je "masse" mon cuir chevelu avec le jet d'eau de la pomme de douche à quelques centimètre, en frottant avec l'autre main, pour soulever la masse de cheveux et dégager les petits grains. Je trouve cette recette (plus liquide et diluée que des versions précédentes) assez facile à rincer... Je retrouve certes quatre ou cinq grains sur ma brosse après m'être lavé les cheveux, mais c'est tout...

Venons-en aux vertus de ce shampoing dont la maîtrise m'a pris près d'un an... Car oui ! Si j'ai intitulé ce post "Shikakai mon amour" c'est qu'il y a une raison ! Si j'ai peaufiné cette recette pendant un an, c'est que ça en valait la peine !

Tout d'abord, le Shikakai nettoie tout en douceur le cuir chevelu (tellement doucement que je l'aide avec l'Aritha, sinon il ne parviendrait pas à nettoyer les cheveux gras). D'après des témoignages de personnes ayant des cheveux "normaux à gras" le cuir chevelu regresse moins vite après, permettant d'espacer les shampoings.

Mais surtout le Shikakai est un véritable soin des cheveux ! Il leur donne légèreté et volume. Pour les cheveux courts, il fait un effet brushing naturel, apportant un joli gonflant. Il protège les cheveux fins de l'électricité statique. Pour mes cheveux longs et bouclés, il limite l'effet "Jackson Five" : les boucles sont bien dessinées, mais ont un joli tombé plutôt que de gonfler. Sincèrement, c'est génial, et ça peut être adapté à beaucoup de monde aux cheveux très différents...

Enfin (merci pour le rappel Miliebio ! ;D ) cette formule aide à fortifier et assainir le cuir chevelu, ce qui ralentirait la chute de cheveux et les cheveux blancs...

La seule contre-indication qui m'ait été rapportée est pour les personnes qui ont beaucoup beaucoup de cheveux blancs. A la longue, le Shikakai pourrait faire les faire jaunir. Cela ne semble pas être le cas quand on alterne un shampoing au Shikakai et un shampoing plus classique.

Enfin, vous pouvez faire varier la quantité d'huile. Cette recette est calibrée pour les cheveux normaux. Si vous avez les cheveux très gras vous pouvez réduire (ou supprimer? je ne sais pas... pas de cobaye à portée ! ;D ) la quantité d'huile. Pour mes cheveux secs, je peux jusqu'à quadrupler la quantité indiquée sans problème... Mais j'ai arrêté de le faire, car avec plus d'huile, j'avais les cheveux naturellement "parfaits" et j'ai donc arrêté de nourrir mes longueurs... résultat, mes pointes se sont abimées beaucoup plus vite... Je reviens donc à ce shampoing "pour tout le monde" et j'applique une noisette de monoï en soin après-shampoing sur les longueurs et les pointes, une fois par semaine.

Posté par profiteresse à 14:51 - Soins des Cheveux - Commentaires [8] - Permalien [#]

23 février 2009

Liens : où trouver quoi?

Comme vous l'aurez sûrement remarqué, il y a plein de supers recettes et de supers conseils éparpillés sur la blogosphère... Eh oui ! Pour ne louper aucune perle, il faudrait éplucher chaque blog... Mais il y a aussi de très nombreux blogs... alors voici un petit guide, à l'attention des grandes débutantes (qui ne connaissent pas ces blogs) pour aller fouiller sur tel ou tel blog en fonction de ce que vous cherchez...

Tout d'abord, je vous recommande d'être inscrite sur un forum. J'en ai listé trois (colonne de droite, presque tout en bas), mais j'en fréquente aujourd'hui un seul : les Céphées natur'elles. Tout jeune forum, déjà bien étoffé, qui se caractérise par une ambiance très amicale. On y trouve des tableaux, des tutos mais aussi plein de fils de discussion très intéressants... C'est idéal pour découvrir l'expérience des autres, y réagir, poser nos propres questions...

Pour ce qui est des blogs, je vais faire deux grandes catégories.

La Cosmétique

Pour des trucs très techniques, avec explications scientifiques, épluchages d'INCI et autres joyeusetés pointues, une seule adresse : chez Blue.

Pour des recettes de folie, qui vous feront rêver, allez voir La Princesse, Malegria et Michèle sur Potions et Chaudrons. J'en profite pour dire deux mots sur Potions et Chaudrons. C'est un blog collectif, donc d'un billet à l'autre, l'auteur peut être différent, ce qui fait de délicieux changements de style et une richesse vraiment sympa.

Pour des recettes pour pour peaux mixtes à grasses, ce qui mine de rien n'est pas si courant que ça sur la blogosphère, deux grandes références : Azanel et Réo.

Pour tout ce qui a trait au maquillage : Cosméto et Réo.

Pour des idées super girly (je vous les mets par ordre alphabétique) : Blandine, La petite clochette, Miss Lollipop, Sakura cosmétiques et Réo.

Enfin, pour une compilation de recettes classées par thème, ambitieuse et très utile, voir Le Fil Vert, plus ancien et plus sélectif, ou La Grande Tambouille, plus à jour et plus large d'horizon.

Les Savons

Plein de tutos et de magnifiques savons : Ka Fée.

Des aventures trépidentes : Nin-8.

Des expérimentations incroyables : Pots.

Plein de recettes extraordinaires sur les blogs collectifs de Potions et Chaudrons encore une fois, et sur celui des Céphées.

De très bonnes explications sur la saponification, encore une fois : Blue.

Voilà ! Si vous avez d'autres bonnes adresses, n'hésitez pas à les référencer ici, je pourrais essayer d'éditer régulièrement ce post...
Des Bisous les filles !

Posté par profiteresse à 13:05 - Echanges - Commentaires [5] - Permalien [#]

08 février 2009

Contre les taches brunes : comment feriez-vous?

Coucou les filles !

Alors je voudrais adresser une double dédicace à Athena et à Ludisia. La première pour m'avoir inspiré ce jeu, via les Céphées et la seconde pour m'avoir inspiré le thème.
Donc le but du jeu, c'est de comparer comment chacune de nous conceptualisons une solution cosmétique. Donc je vais vous proposer une "problématique de base". Vous pourrez poser des questions pour avoir des éclaircissements. Puis, chacune pourra m'envoyer personnellement (par mail ou par "me contacter") une solution, avec recette(s) et protocole(s) - notez le jeu de singuliers et pluriels : c'est une solution unique, mais qui peut comporter un ou plusieurs produits différents. Il n'y aucune limite dans ces créations, autre que le délai : le 1er mars 2009.
Le lundi 2 mars 2009, je posterai chaque participation (y compris la mienne), et tenterai de faire une synthèse comparative.
Je tirerai une participation au sort et la gagnante recevra un petit cadeau made-by-myself.
Le but du jeu n'est pas de déterminer quelle solution est la meilleure (ce qui me semble objectivement assez difficile) mais d'observer les différences, voir quelles sont les ressemblances, ce genre de choses...

Voici la "problématique de base".
Maritza est âgée de 60 ans et vit dans un pays chaud, très ensoleillé. Elle porte quelques signes de l'âge, notamment rides, taches brunes et relâchement cutané. Sa peau est mixte, mais devient sensiblement plus sèche avec le passage des ans.
Elle n'a pas d'allergies, sort plusieurs fois par jour, même si elle ne s'expose pas des heures durant au soleil. Elle fait sa toilette le matin.

Alors ça vous dit?

PS : si vous avez une idée pour pimenter / améliorer ce jeu, je suis preneuse !

edit du 16 février : Suite aux questions de la gentille Pam, voici quelques données supplémentaires.
Maritza a la peau naturellement mate. Ses taches se situent essentiellement sur le visage et sur les mains, mais dans un premier temps, c'est sur son visage qu'elle veut se concentrer.

Posté par profiteresse à 12:39 - Jeux ! - Commentaires [12] - Permalien [#]

02 février 2009

Le Savon de l'elfe (mon premier savon)

Bonjour les filles !

Alors ça y est, je peux le crier au grand jour : je fais des savons ! je fais des savons !
... et j'en suis ravie...

Donc voici l'histoire de mon tout premier savon. Un couple d'amis, dont la femme était enceinte, m'a demandé si j'accepterais d'être la marraine du petit être à venir. Après avoir moultement débattu avec ma conscience (et redemandé à mes amis ce qu'ils attendent d'une marraine) j'ai accepté. Je me suis donc préparée tout doucement à faire un panier naissance...

Je commence donc à faire des recherches pour un gel lavant, je vais voir les tensioactifs d'AZ et le plus doux qu'ils proposent est la "Base Consistance" "idéal pour les peaux sensibles et les bébés" dont le pH peut aller de 11,5 à 12,5 ! (Depuis ils ont ajouté qu'il faut ajouter de l'acide citrique pour équilibrer le pH... mais les recettes d'il y a quelques mois n'en contenaient pas).
NB pour celles qui ne sont pas familiarisées avec le pH : En phase aqueuse, le pH peut aller de 1 à 14 ; 1 étant un acide pur, et 14 une base pure. 12 est donc extrêmement basique... De plus pour faire baisser (ou augmenter dans les cas d'un acide) le pH de 1, il faut diluer 10 fois... donc les recettes préconisant 30 % de ce truc, le pH reste supérieur à 11, ce qui est beaucoup trop pour les peaux sensibles...

Effrayée, je me tourne donc vers les Céphées, qui me répondent quasi-unanimement : il n'y a rien de plus doux qu'un savon surgras fait maison. A cet instant, il n'y a plus de doute possible : il faut que je fasse du savon, et vite ! parce qu'en comptant 4 semaine de cure et vu le bidon de mon amie, il y a véritablement urgence... Mais pas de panique ! il y a des gens vraiment merveilleux sur les Céphées, dont Hind, qui m'a offert dans la demi-journée sa recette de savon pour nouveaux-nés... La voici, très légèrement modifiée :

150 g d'huile de coco
100 g de beurre de karité (dont 20g que j'escompte pour ne les ajouter qu'à la trace)
100 g d'huile de palme
75 g d'huile de sésame
75 g de macérât de calendula sur huile de tournesol (dont 20g que j'escompte pour ne les ajouter qu'à la trace)
120 g d'infusion de mélisse corsée
soude à recalculer avec un escompte de 10%.

Comme c'est mon premier savon, je vais tout bien expliquer.

Tout d'abord, il faut réfléchir à son équipement. En effet, la soude fait de très jolis savons, mais elle peut également faire de très jolies brûlures. Donc il ne faut jamais jamais jamais que la peau soit mise en contact avec la solution de soude (si cela devait arriver, se jeter immédiatement sous un robinet d'eau froide et y rester jusqu'à ce que la sensation de brûlure disparaisse).

Petit détail : la soude est "active" en présence d'eau. Donc si jamais un grain de soude vous tombait dessus, l'essuyer tranquillement avec un mouchoir ou un sopalin (que vous aurez sous la main).  Ne pas allez le laver directement, vous risqueriez de vous brûler... donc d'abord vous l'enlevez à sec, puis vous allez vous laver à grande eau.

Donc l'équipement. Je vous conseille, pour l'info et pour le fun, d'aller voir absolument le formidable tuto de KaFée à ce sujet  (vous pourrez en profiter pour fouiller son blog de fond en comble, parce qu'il a vraiment tout pour lui... Il est beau, les photos sont magnifiques, KaFée explique des tonnes de trucs, donne des tonnes d'idées, et en plus elle est très sympa...)
Je pense que là il y a choix vraiment responsable à faire : comment vous vous équipez. Je sais que certaines font ça en débardeur-short-tongs (bisous tous particuliers à Hind !) mais si des débutantes me lisent, je tiens à vous mettre en garde et à préciser que c'est un choix qui comporte des risques... on n'est pas toujours à l'abri d'une éclaboussure...
Personnellement, j'ai opté pour des lunettes (il y en a des super-transparentes, bien ergonomiques et que l'on oublie tellement elles ne gênent pas, chez AZ) et des gants. Pas de blouse, pas de chemise manches longues (parce que sinon mes manches ont tendance à tremper partout, ça m'énerve...).

Autre détail : la soude corrode les métaux oxydables : fer, zinc, aluminium, etc... (ce qui inclut le téfal).
Il faut donc choisir du matériel en verre, en plastique, en inox, en silicone ou à la rigueur en bois (mais celui-ci risque de s'abimer).

Une fois ce problème réglé, on peut passer au savon lui-même. Pour commencer, il faut se familiariser avec les calculateurs, comme TheSage ou Soapcalc, qui vont calculer ( ! ) les quantités d'eau et de soude nécessaires à votre savon, en fonction du choix et de la quantité des huiles.

Personnellementj'aime bien Soapcalc, car il donne un tableau des différentes propriétés qu'aura le savon, huile par huile, puis pour le mélange choisi.
Par contre, pour utiliser Soapcalc, il faut juste savoir que la solution doit représenter entre 25 et 35% de la masse des huiles. Avec 25% on aura un savon plus dur, mais plus basique, avec 35% on aura un savon plus mou (qui devra "curer" plus longtemps), mais qui sera plus doux. Utiliser le maximum de solution possible est recommandé pour les marbrages, mais on verra ça plus tard... Pour commencer, un pourcentage intermédiaire (30%) est idéal.

Attention ! cette quantité de solution doit représenter la totalité de la "phase aqueuse" du savon ! C'est à dire que si vous voulez ajouter à la trace du lait, une purée de fruits ou tout autre chose contenant de l'eau, il faut l'escompter à la quantité de liquide que vous utilisez pour dissoudre la soude...
Exemple simple : une préparation de savon avec 1 kg d'huiles. On choisit 30% de solution, soit 300g d'eau.
Je veux ajouter 100 g de lait à la trace, je les escompte donc à mon liquide de dissolution. 300 - 100 = 200. Je dissous donc ma soude dans 200 mL d'eau seulement.

Re-attention ! En ce qui concerne l'eau, on a le droit de dire 1g = 1 mL, d'avoir la flemme de peser, et d'utiliser une éprouvette. Mais tous les autres liquides, et particulièrement les huiles, doivent être obligatoirement pesés !!! C'est très important pour que la recette soit respectée et s'assurer que le savon soit équilibré !
Autant il est possible de travailler en volumes d'huiles quand on fait des crèmes, autant on doit impérativement travailler en masses quand on fait des savons .

Bon, c'est maintenant que les choses sérieuses commencent. On va donc démarrer en pesant notre eau, puis notre soude. On verse alors la soude dans l'eau toujours dans cet ordre-là et jamais à l'envers ! Comme ça, si jamais, il y avait une éclaboussure, le liquide serait plus dilué et moins nocif. Je trouve que l'erlenmeyer est top pour ça : je verse mon eau dans mon erlenmeyer, puis ma soude, je l'attrape par le bec et je remue (ou alors je touille avec une baguette en porcelaine). Il n'y a presque aucune chance de recevoir une éclaboussure et la surface de diffusion étant minime, il y a très peu de vapeurs de soude dégagées.
Si vous versez un peu doucement, ou que vous attendez un peu avant de remuer, il est possible qu'une "galette" se solidifie dans le fond de votre solution... Ce n'est pas grave, vous pouvez la casser avec la baguette, ou attendre qu'elle se dissolve toute seule.
Vous remarquerez aussi que cette solution toute simple de deux ingrédients à température ambiante chauffe très fort (elle avoisine les 90°C ) donc vous pouvez prévoir un petit dessous de plat pour poser votre solution. Puis vous la mettez dans un coin où elle ne risquera pas d'être renversée, et elle pourra refroidir tout doucement... Si vous, ou un membre de votre maisonnée, êtes sensibles aux vapeurs de soude, vous pouvez la placer sous la fenêtre entrouverte.

Ensuite on pèse les beurres et les huiles solides (karité, palme et coco en ce qui me concerne) et on les réchauffe doucement au bain-marie. Une fois fondus, on ajoute les huiles fluides et on mélange pour bien homogénéiser et on laisse également reposer pour qu'ils refroidissent...

Si un expert en thermodynamique passe par là, il pourra peut-être m'expliquer pourquoi des huiles fondant à basse température (25°C pour la coco, 40°C pour le karité) mettent des heures et des heures avant de refiger à température ambiante (même en hiver dans une maison pas super-chauffée...). Bref, no stress, ces huiles-là resteront liquides, vous avez tout votre temps.

On prépare alors les ajouts pour la trace : dans mon cas, c'était karité et calendula. Mais il peut y avoir des huiles essentielles, des colorants, ou une huile précieuse que l'on veut préserver de la saponification.

C'est peut-être le moment de dire deux mots sur la trace. La trace est le moment de la préparation du savon, où la pâte commence à épaissir, ce qui fait que si on retire un peu de préparation pour la refaire tomber, une trace apparaît à la surface... A ce moment là, la pâte a une texture évoquant la crème Mont-Blanc. C'est le signe que la soude a saponifié une grande partie des huiles, ce qui veut dire que la pâte est prête à être coulée dans les moules. C'est à ce moment, qu'on inclura les ajouts fragiles : ingrédients spéciaux (miel, gel d'aloe...), les colorants, les huiles essentielles, ou certaines huiles précieuses que l'on veut retrouver le plus intactes possibles dans le savon fini. Mais il faut aller vite, car à partir de ce moment, le savon commence à durcir... il faut le mettre en moule avant qu'il ne soit trop dur.

Revenons à notre préparation : nous avons notre solution de soude dans un coin, nos huiles dans un autre coin, qui refroidissent tous deux. Nous avons nos ajouts en prévision de la trace tous prêts. Il faut à présent huiler les moules, s'ils sont en plastique ou en silicone. Attention ! Il ne faut pas qu'il y ait de "flaque" dans le fond (pour un but esthétique, ça pourrait modifier localement la couleur du savon) il faut juste bien graisser tous les reliefs qui seront en contact avec la préparation, pour faciliter le démoulage. Si on a opté pour un moule en bois, c'est à ce moment qu'on le chemise,avec du papier sulfurisé par exemple (je vous laisse fouiller sur le site de KaFée, elle a fait un formidable tuto pour faire de l'origami avec son papier sulfurisé, de telle sorte qu'il y ait le moins d'irrégularités possibles, pour avoir un savon tout lisse).

Une fois que tout est prêt et que nos deux préparations avoisinent la température ambiante, c'est parti !
Je ne saurais que trop vous conseiller de vous arranger pour être pénard à ce moment... Que la table soit entièrement débarassée, avec huile, soude, trace et moules à portée, d'avoir tout ce qu'il vous faut sous la main (sopalin, spatule...) et d'éviter qu'à ce moment-là votre frère/fils/chéri ne vienne se servir un café, déplacer ce dont vous avez besoin ou vous déconcentrer par quelque moyen que ce soit...

Donc vous avez besoin d'un récipient de volume supérieur à la somme des volumes de vos huiles et de votre soude, de manière à mixer à l'aise, donc si possible de forme à peu près cylindrique (les saladiers évasés sont moins pratiques). Donc une fois que vous avez trouvé ce merveilleux récipient, vous y versez d'abord vos huiles, puis votre soude, doucement, mais en une seule fois, et vous commencez à mixer (un mix'soup est parfait).La trace arrive habituellement entre 1 et 5 minutes, en fonction du choix de vos huiles et de la quantité d'eau. Dès que vous la distinguez, vous pouvez ajoutez votre trace, remixez, puis versez en moules. Ayé ! C'est fait ! :D

Attention, à ce moment-là, la saponification n'est pas terminée, ce qui fait que votre savon est encore caustique. Vous éviterez donc de le toucher, et garderez vos gants pour faire la vaisselle.

Vous pouvez couvrir vos moules de film plastique, cela évite la formation d'un dépot blanc sur le dessus.

Si vous voulez "intensifier" la saponification, il est conseillé d'utiliser un seul grand moule (genre moule à cake), de le filmer ou le refermer, le protéger d'un sac plastique, puis l'enrouler dans une couverture bien chaude. En effet, la saponification dégage de la chaleur et est accélérée par la chaleur. Donc en l'isolant de la sorte, vous lui permettez de profiter au maximum de la chaleur qu'il dégage, et ainsi d'accélérer le processus. Cette quantité de chaleur peut amener le savon à refondre, c'est ce qu'on appelle "la phase de gel" (car le savon a alors une texture de gel). Si le gel ne se fait qu'au cœur du savon, apparaîtra alors au moment de la coupe une trace circulaire caractéristique du gel. Certaines savonnières adorent, d'autres évitent. C'est à chacune de choisir.

Au bout de 12 à 48h selon les savonnières traditionnelles, mais 3 à 6h selon certaines folles furieuses, votre savon a dû durcir suffisamment pour que vous puissiez le démouler, et le couper si vous avez choisi un seul grand moule. Pour couper, j'utilise un "couteau à enduire", bien large, acheté au magasin de bricolage du coin, que je me suis offert le luxe de choisir en inox s'il-vous-plaît !Savon_elfe

Mais mes premiers savons étaient dans des moules individuels...
Voici donc la photo en exclusivité pour celles qui ont eu le courage de me lire jusqu'au bout !(oui je sais, elle n'est pas très bien cadrée... je vous zutte ! ;P )

Une fois que vous avez ces jolis savons, le plus dur reste à faire : les oublier dans un coin pour une "cure" de 3 à 4 semaines minimum. Ce temps leur permet de terminer leur saponification (au cours de laquelle le pH va certainement diminuer) et de durcir un peu, de manière à ce qu'ils "fondent" moins vite à l'utilisation.

Au bout de 4 semaines, le pH que j'ai mesuré pour ces savons (avec une bandelette à pH) était de 8.

Je viens de recevoir le verdict de la jeune maman : elle aime beaucoup ! L'odeur est agréable (principalement due à l'huile de sésame), il mousse bien, et il lave bien, permettant même d'enlever l'oxyplastine tout en douceur...

Posté par profiteresse à 11:35 - Savons - Commentaires [10] - Permalien [#]

04 janvier 2009

Très belle année à vous !

Bonjour à vous toutes et tous. Je reviens de ma petite escapade, pour vous souhaiter le meilleur pour 2009 !
Je vous souhaite du fond du cœur, de nombreuses réussites, découvertes, pleins de fous rires, de bisous et toutes autres bulles de joie.

De mon côté l'année démarre sur les chapeaux de roue, avec deux ( ! ) superbes colis de ma Lucy chérie...
Je lui avais fait une petite demande qu'elle a exaucée au-delà de tous mes rêves : des chaussons tricotés !
Ils sont géniaux ! Tous doux, tous chauds (ils contiennent du cachemire) et superbes ! Et roses en plus !
Et puis une parure spéciale hiver : écharpe et mitaines, aux couleurs acidulées, à la fois douce et légère pour les transporter partout ! (Je vous mets les photos très bientôt, mais celles que j'avais prises étaient trop mauvaises, faut que je les refasse)
Essuie_mains_brod_Ensuite deux accessoires de maison que je trouve absolument magnifiques, brodés avec amour et patience... un magnifique essuie-mains rond, en nid d'abeille blanc, avec un joli petit biais rose  (que le soupçonne d'avoir cousu elle-même) sur lequel elle a brodé une très belle rose...

et une petite serviette (rose !) avec une petite figurine Hello Kitty...

Serviette_HelloKittyLes deux sont superbes...

Plus une petite pochette (parce qu'une fille a toujours besoin d'une petite pochette...) brodée de strass...

Pochette_brod_eCelle-ci est devenue une pochette à maquillage. (Eh oui ! Je commence à me maquiller ! Comme quoi tout arrive...)

Ca me paraît déjà extraordinaire, avec une grande finesse de réalisation et un grand souci du détail, mais en plus, il faut savoir que tout cela a été réalisé avec une main gauche "en grève" comme elle dit elle-même très sobrement...
Je suis vraiment touchée... et comblée.

Et puis ce n'est pas tout !

Tout d'abordEtole_rose une magnifique étole en soie sauvage, rose, douce, fine et chaude à la fois... un vrai bonheur... très malin pour se protéger du froid en restant sexy...

ChocolatsViennent ensuite une généreuse farandole de chocolats suisses pour garder l'esprit des fêtes (et les poignées d'amour qui vont avec ;D), un coffret de petites bougies et leurs petits galets, pour faire de jolies compositions de déco, Babioles_HelloKittyun répertoire, un carnet, des magnets et autres ventouses, notamment BougiesHello Kitty mais pas que, tous très mignons, et puis encore une bougie de Noël trop mignonne, un jolie pot en porcelaine peint, un petit brûloir à encens, une poupée russe en tissu, et une petite ventouse-éléphant (comme ça, après l'avoir fixé au mur, on accroche l'essuie-mains à la trompe de l'éléphant).



Babioles_vari_es


Last but not least, un extraordinaire moule à "pralines" comme disent les suisses et les belges, qui sera réorienté pour faire de jolis fondants et autres bombes de bain...

Moule___pralines

En bref, que de merveilles, de petits détails et de beaux cadeaux, débordant de tendresse...

Merci merci merci ma Lucy...

Posté par profiteresse à 20:16 - Echanges - Commentaires [7] - Permalien [#]

19 décembre 2008

Bombes de Bain

Ca y est ! Je sais faire des bombes de bain ! Même que je me suis aventurée à en offrir pour le Fruity Swap !Mini_bombes
Commençons par le commencement... si c'est la première fois que vous tombez sur un blog de cosméteuse, vous pouvez vous demandez ce qu'est une bombe de bain : c'est un galet effervescent à plonger dans votre bain chaud pour avoir de jolies bubulles qui se libèrent en même temps que des ingrédients relaxants et si possible une odeur agréable...

Pour celles-ci, je me suis basée sur la recette et les conseils de notre formidable Princesse au Petit Pois... et j'en suis ravie ! ce sont - et de loin - les plus belles que j'ai faites.

Donc voici la recette de base :

70 g de bicarbonate de soude
35 g d'acide citrique
27 g d'amidon de maïs
21 g de sels d'Epsom
7 g d'argile
1 g d'huile de jojoba
3 gouttes d'eau

J'ai fait 4 sortes de bombes, aromatisées aux fruits, pour coller au thème :
- des blanches, à la coco : j'ai remplacé la maizena par du lait de coco en poudre et utilisé de l'argile blanche.
- des vertes, à la pomme : j'ai utilisé 4 g seulement d'argile verte et ajouté 3 g de poudre de pomme, plus une pointe de couteau de chlorophylle.
- des roses, à la myrtille : j'ai utilisé de l'argile rose plus une pointe de couteau d'ocre rose et ajouté une cinquantaine de gouttes d'extrait aromatique naturel de myrtille.
- des jaunes, à la mangue : j'ai utilisé de l'argile jaune plus une pointe de couteau d'ocre jaune et ajouté une cinquantaine de gouttes d'extrait aromatique naturel de mangue.

Mode opératoire
Peser les poudres, les mélanger, ajouter l'huile et trois gouttes d'eau, mélanger à nouveau, puis passer le tout au mixer à café électrique.
Utiliser des moules les plus durs possibles (idéalement des moules en plastique dur type moules à bombes de bain ou moules à chocolats pour des mini-bombes) et transférer un peu de poudre dans chaque cavité.
Procéder avec patience en tassant le plus possible la poudre humide (je l'ai fait avec la pulpe des doigts) jusqu'à obtenir une surface lisse et stable. Passer à la cavité suivante.
En fonction de l'humidité de la poudre et du type de moule utilisé, il est possible de démouler au bout de quelques minutes ou plusieurs heures.

Trucs et commentaires
J'ai utilisé les "moules à savons" vendus par Aroma-Zone, en plastique dur. Idéal pour mes bombinettes, il faut quand même savoir que ce sont des moules à mini-mini-savons ! Certainement des moules à chocolat à la base, en fait... Une figurine (coeur, sapin, étoile...) mesure 4 cm de diamètre ou de longueur, en moyenne et 1/2cm d'épaisseur environ, sauf les grains de café, qui eux sont tous petits (comme des grains de café réels en fait).
Je pense qu'elles sont parfaites pour des bains de pieds (c'était l'optique) ou les bains de bébés, qu'il en faut plusieurs pour un vrai bain.

Ce qui fait la qualité d'une bombe de bain, c'est sa capacité effervescente et sa dureté.
Que Venezia soit louée, cette recette et cette méthode donnent d'excellents résultats !

Pour la capacité effervescente, je vous recommande d'une part les proportions indiquées ci-dessus, et d'autre part de faire attention à la finesse de la poudre : au plus elle est fine, au plus la réaction sera intense !

Pour la dureté, tout est dans le compactage. Là, les heures que vous avez pu passer étant plus jeune à faire des pâtés de sable vous seront d'une grande valeur, car tout ceci vous semblera aussi facile qu'évident : on n'a jamais réussi à faire des pâtés avec du sable sec... pour que la poudre "adopte" la forme de son moule, il faut qu'elle soit un minimum humide. Elémentaire mon cher Watson !
Mais attention ! c'est là que ça se complique ! Le mélange de poudres, au contact de l'eau, fizze, et si elle fizze trop pendant la préparation, elle ne fizzera plus une fois dans le bain... Donc il faut l'ajouter de manière très précautionneuse... Pour ce faire, deux écoles :
- celle du vaporisateur : on vaporise de l'eau sur la préparation, en remuant prestement
- celle du goutte à goutte : personnellement ma préférée. Elle a l'inconvénient d'exiger un mixage, parce que sinon il y a des "grumeaux" de poudre mouillée et le reste est sec... mais je la trouve beaucoup plus facile à doser et au final plus rapide...

Une fois que vous avez une jolie poudre, fine et légèrement humide, le plus dur est fait, mais pas le plus long !
Il vous reste à former vos pâtés de sable, avec ce détail près que pour que les futures bombes de bain soient super-effervescentes et super-dures, il faut qu'elles soient super-compactées... et ça prend du temps.
Personnellement, je verse une couche et j'appuie du milieu vers la périphérie, et je recommence, jusqu'à ce que la cavité me paraisse remplie avec une densité homogène et maximale. La surface doit être à peu près lisse et durcit assez vite : le temps que vous ayez rempli une deuxième cavité vous sentirez que la surface de la première est déjà dure... C'est parfait, vous pourrez démouler plus vite.

Attention pour le démoulage, surtout s'il est précoce : à ce stade, les bombes sont encore extrêmement fragiles ! Ce que j'ai fait est de poser une planche de carton sur ma plaque et de retourner le tout ensemble, puis de tapoter délicatement pour faire tomber les bombes du moins haut possible (moins de 1 cm de préférence...)
Et si elles se cassent, vous pouvez ou les utiliser telles qu'elles, ou recommencer ! Vous mixez les morceaux, ajoutez deux gouttes d'eau, mixez un deuxième coup et recommencez patiemment vos petits pâtés...

Comme toujours c'est l'expérience qui fait le maître ! J'ai essayé de vous expliquer au mieux ce que j'ai appris de mes mésaventures, mais je suis sûre que vous apprendrez bien davantage après avoir galéré pendant quelques heures ! ;)

J'aime faire mes bombes de bain en fil rouge d'une journée tambouille : je prépare ma poudre, je remplis quelques plaques, puis je fais une crème. Après quoi je démoule mes premières bombes, reremplis les plaques, fais une deuxième crème, puis démoule, etc...
Si vous travaillez depuis un certain temps et que vous avez laissé votre préparation à découvert, il se peut que votre préparation ait séché : rajoutez deux ou trois gouttes d'eau et remixez.

Une fois tout cela fait, laissez vos bombes reposer et sécher à plat, en les déplaçant le moins possible... Au bout de 24 à 48 h, elles seront toutes dures ! ! !

edit du 4 janvier : voilà la photo, pas taper ! pas taper !
;)

Posté par profiteresse à 18:13 - Soins du Corps - Commentaires [16] - Permalien [#]

18 novembre 2008

Mes Fournisseurs

Holala les filles ça fait une éternité que je ne vous donne pas de nouvelles !

J'ai plein de choses à vous dire et à vous montrer (si ! j'ai même des photos !), mais, mais, mais... c'est pour des cadeaux... alors je ne peux pas encore vous les montrer...

Donc en attendant, un petit point rapide pour vous dire où je me fournis (par ordre alphabétique s'il-vous-plaît !), avec un petit commentaire...

Alternative Nature : boutique de mieux en mieux achalandée, tenue par Val, qui est extrêmement sympa, nous renseigne avec détails et rapidité, avec toujours un petit mot gentil, une attention touchante... Un trésor de générosité cette femme... Mais j'avoue que les prix sont un peu trop chers pour que je puisse y commander aussi souvent que j'en ai envie. ;)

Aroma-Zone : le "supermarché des cosmétiques". Beaucoup de choix, service marketing très bien ficelé, quelques prix et promotions avantageuses... Idéal pour commencer et pour se fournir la plupart des ce que l'on veut à un seul et même endroit. Mais il n'y a pas tout, et ils font beaucoup de tort à des entreprises de taille plus humaine, alors j'essaie de me restreindre.

Oshun : je viens de l'inclure à ma liste de bonnes adresses. C'est un distributeur par internet de produits cosmétiques, à la fois de base - ingrédients et contenants - , et de produits finis. On y trouve des ingrédients assez peu disponibles en France, comme les cristaux de menthol, de l'aloe vera concentré x200, du Geogard (un conservateur à base d'acide déhydroacétique, agréé par la charte Nature & Progrès), de la gomme cellulose (pour fabriquer des oléogels), du NFF (complexe hydratant d'origine naturelle), de l'antileukine (filtre UV extrait à partir d'une algue) ainsi que des tubes à lèvres... Inconvénient : ils ne font pas de gratuité des frais de port pour une commande d'ingrédients. Je viens de leur passer ma première commande... Je vous dirais quoi !
Ah petit détail : si vous cherchez à les contacter par mail via leur interface, vous recevez un message d'erreur vous disant que l'adresse mail que vous cherchez à joindre n'existe pas... La solution est de remplacer le .fr par un .com, ce qui donne contact _AT_ oshun-france.com (remplacer _AT_ par @ et enlever les espaces).

Velan : j'y allais avant de connaître VS company. Petite boutique très sympa située passage Brady (dans le 9e arrondissement - Paris) où on trouve les produits que je cite ci-dessous, mais plus chers. Il y a également du beurre de karité à 2,90€ les 100 g , mais qui a une tête plus ou moins appétissante en fonction des jours, des thés, et des confiseries que j'adore, mais dont j'ignore le nom : des pétales glacés, pris dans du sucre, de rose, violette, mimosa...
Ils ont un site internet, dont l'adresse figure tout en bas à droite de ma page d'accueil.

VS company (également appelée Cash & Carry sur certains fora ) : petite supérette située Faubourg Saint-Denis, à quelques centaines de mètres de la Gare du Nord (Paris, évidemment) de produits importés d'Inde, que j'ai découverte grâce aux talents de guide touristique de l'énigmatique MLK. On y trouve donc du Shikakai, ainsi que tous les produits de la marque Hesh (Aritha, Brahmi, Neem, etc... ) à 1,69€ les 100 g, mais aussi du miel de l'himalaya, du lait de coco en poudre, de l'huile de coco qui sent super bon à 1€ les 100g et de l'huile de coprah moins chère (mais je ne me souviens pas du prix... je vous dis ça tout bientôt), des cristaux de camphre, des épices...

Posté par profiteresse à 15:41 - Matériel de tambouille - Commentaires [7] - Permalien [#]